"Nous n'avons rien appris, nous ne savons rien, nous ne comprenons rien, nous ne vendons rien, nous n'aidons en rien, nous ne trahissons rien, et nous n'oublierons pas."
propaglande Archives 2004•2006


 

RSS
RSS

 

Mis en ligne le 16 mai 2006

La nationalisation selon Evo

ETAT D’URGENCE n°3
par Sergio Cáceres

Alors que des critiques commençaient à monter pour dire que le nouveau Président bolivien tardait à tenir ses promesses, Evo Morales a choisi de mettre en scène l’occupation militaire des principaux gisements de gaz. En quelques heures, il a ainsi reconstitué le maximum de cohésion autour de sa politique réaffirmant, au-delà de son rôle déjà reconnu de leader régional, la force sans égal de la détermination du peuple bolivien. Quelque chose change au pays des Andes.

Le premier mai dernier a eu lieu en Bolivie un événement capital qui marque un changement profond dans son histoire : par décret gouvernemental, et grâce à une surprenante et spectaculaire occupation militaire des champs pétrolifères, le gouvernement d’Evo Morales a nationalisé les hydrocarbures. Une ressource naturelle privatisée comme d’autres au nom d’un processus nommé « capitalisation » à la fin des années 1990.

Quelques jours auparavant, Evo Morales signait à Cuba, avec Fidel Castro et Hugo Chavez, l’« Alliance Bolivarienne des Amériques » (ALBA - ce qui en espagnol signifie « aube »...), accord proposé par Chavez pour mettre un frein à l’« Aire du Libre Commerce des Amériques » (ALCA - ce qui ne veut rien dire...) que les Etats-Unis cherchent à imposer depuis plusieurs années. Emu, Morales a constaté que ce sommet était l’occasion pour trois générations d’hommes et trois peuples distincts, de se donner rendez-vous pour une même révolution latinoamericaine. Il s’agit indubitablement d’un vent de changement qui traverse le continent américain et qui commence à défier, depuis les bases, l’hégémonie de l’empire du Nord.

Coiffé d’un casque de travailleur du pétrole, accompagné par tous ses ministres et un important contingent militaire, Evo a participé à l’occupation du puits de San Alberto. Pendant l’occupation, le Président a prononcé un discours à la Nation dans lequel il a considéré comme illégaux les actuels contrats de risques partagés entre l’Etat et les entreprises pétrolifères (pour n’avoir pas été revalidés par le congrès) et a traité de « traîtres à la Patrie » ceux qui ont « remis à d’autres ce secteur stratégique, violant la souveraineté et la dignité nationale ». Des militaires en armes, munis de drapeaux boliviens, gardaient les installations de ce camp, l’un des plus riches de Bolivie avec le cinquième des réserves de gaz, et symbole des privilèges des entreprises étrangères. Selon certaines accusations, ce champ pétrolifère fut découvert par l’entreprise nationale des pétroles YPFB, puis catalogué comme « neuf » pour réduire la pression fiscale pour les bénéficiaires de sa privatisation : la compagnie brésilienne Petrobras, l’hispano-argentine Repsol-YPF et la compagnie française Total.

Ce 1er mai, on pouvait lire sur une énorme pancarte fixée sur les installations de San Alberto : « Nationalisé. Propriété des Boliviens ». Il en fut de même dans d’autres installations pétrolières militarisés.

Question de souveraineté

« La Bolivie a été le premier pays du continent à nationaliser ses hydrocarbures. La nationalisation d’aujourd’hui est la troisième, et définitive aujourd’hui, que nous faisons de nos ressources », a déclaré le nouveau président bolivien, en faisant référence aux deux nationalisations antérieures réalisées dans les années 30 et 60. La différence cette fois se trouve dans le fait qu’il ne s’agit pas d’une nationalisation réalisée par des militaires ou des classes moyennes urbaines, mais par un regroupement d’organisations syndicales et de mouvements sociaux jusque-là exclus des grandes décisions d’Etat.

La nationalisation du gouvernement d’Evo Morales par le décret 28.701 rend à l’Etat « la propriété, la possession, et le contrôle total et absolu » du gaz et du pétrole. Ainsi qu’il l’a annoncé au cours de sa campagne électorale, il ne s’agit pas d’une « expropriation » mais d’asseoir la souveraineté de l’Etat sur ses ressources. Dorénavant, les entreprises seront obligées de remettre à l’Etat toute la production, qui sera commercialisée par l’YPFB. La nationalisation impose un changement fiscal radical : les champs d’exploitation de gaz paieront ainsi un mélange d’impôts et de taxes à hauteur de 82%. Selon les chiffres du gouvernement, avec la législation en vigueur sous Gonzalo Sanchez de Lozada, l’Etat recevait 140 millions de dollars de bénéfices pour l’activité pétrolière ; il en recevra dorénavant 780 millions de dollars, une fortune pour le rachitique budget bolivien.

La guerre du gaz

La revendication de la nationalisation des hydrocarbures a été le principal facteur qui aura précipité la chute de l’ex-président Gonzalo Sanchez de Lozada en octobre 2003, puis celle de son successeur, Carlos Mesa, en juin 2005. Sanchez de Lozada, qui est arrivé à la présidence à deux occasions (1993, 2002), est un des auteurs principaux du processus de privatisation des entreprises d’Etat, comme l’eau, l’énergie électrique, le pétrole, etc.

Au début de son deuxième mandat, en août 2002, il avait comme but principal de remettre aux mains des multinationales privées d’importantes réserves de gaz trouvées au sud du pays, et qui appartenaient encore à l’Etat.

La mesure fut impopulaire dès le début, et petit à petit la résistance s’accrut. La population sortit dans les rues pour affronter l’armée, afin d’empêcher que cette ressource naturelle ne fût vendue. Evo Morales, leader politique et syndical très influent dans le pays (en 2002, il était déjà arrivé en deuxième place aux élections présidentielles), jouera un grand rôle dans ces mobilisations connues comme « la guerre du gaz ». En se présentant aux élections anticipées de 2005, il fit de la nationalisation des hydrocarbures le thème central de sa campagne, de même que la récupération des ressources naturelles et des entreprises d’Etat vendues à l’étranger. En décembre de la même année, Evo gagnait les élections avec 54% des voix. Un succès inédit dans l’histoire récente de la Bolivie, puisque depuis le retour à la démocratie en 1982, aucun parti politique n’avait réussi à passer la barre des 30%.

Les ressources naturelles comme idéologie

On peut dire que cette politique vis-à-vis des ressources naturelles est le principal pilier idéologique de cette nouvelle gauche que représente Evo Morales. En Bolivie, à partir de l’an 2000, s’est ouverte une période qualifiée de révolutionnaire par plusieurs analystes politiques. Diverses mobilisations de multiples secteurs sociaux ont commencé à faire pression sur le système politique au pouvoir. Elles avaient comme mot d’ordre la défense des ressources naturelles, l’eau, la terre, la coca ou les hydrocarbures. L’idée que ces ressources appartiennent au peuple, et qu’elles ne doivent pas être vendues sans que l’ensemble de la population puisse en bénéficier, a été le moteur de ces mobilisations.

Dans ce sens, une des premières mesures de l’actuel gouvernement fut la création du premier ministère de l’Eau de l’histoire du pays, élevant cette ressource naturelle à un rang prioritaire, au même niveau que les hydrocarbures. À diverses occasions, Evo a expliqué que la meilleure garantie pour que le gouvernement respecte l’environnement vient du fait qu’il a été porté au pouvoir par le mouvement indigène. Selon celui que son propre vice-président qualifie sans exagération de nouveau leader régional, les peuples indigènes ont, profondément enraciné dans leur conscience, le respect de la nature dans son ensemble : « Nous sommes une culture de la vie, l’Occident est une culture de la mort », dit-il pour expliquer qu’à l’inverse de la civilisation occidentale qui se caractérise par l’extension des guerres, du saccage des ressources et de la déprédation, les indigènes se préoccupent eux de rétablir l’équilibre de la nature à laquelle ils se sentent appartenir.

Sergio Cáceres

ETAT D’URGENCE :

Etat d’urgence, un journal du dimanche qui cause de l’actualité et de ce qui nous semble urgent. Un journal QUI VOUS DEMANDE DE PARTICIPER : envoyez-nous des informations qui vous semblent importantes (actualité, social, etc..) Envoyez-nous vos calendriers et pub pour : manifestations, projections-débats...

Pour nous soutenir et nous permettre de vivre, ABONNEZ-VOUS !!! 10 EUROS 10 numéros. Chèques à l’ordre de NSP-Agora Adresse : Abonnements ETAT D’URGENCE, NSP-Agora, 9, passage Dagorno 75020 Paris

On peut trouver ETAT D’URGENCE dans la semaine, dans quelques points de vente : Quilombo, Publico, Le Point du jour, la Passerelle. Pour les Grenoblois, ETAT D’URGENCE est distribué par Dyade AD (1 av. Aristide Briand à Fontaine 04 76 27 06 23), disponible sur place donc, et aussi au Karkadé (café egyptien rue Servan), au CIIP (Maison des associations), au Bas-cöté (rue Nicolas Chorrier), chez Antigone (rue des violettes).

Publié le mardi 16 mai 2006
Mise à jour le mardi 16 mai 2006

Popularité: 50 /100


Vos commentaires:


Ajouter un commentaire :


Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devezvous inscrire au préalable.

[s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

 

www.propaglande.org - site réalisé par Ad Nauseam avec Spip / Free
optimisé pour Firefox - résolution 1024x768 - RSS

iso.metric a déménagé

La France au Rwanda

>>  Jean-Paul Gouteux nous a quitté
>>  Apologie du Blasphème
>>  « L’horreur qui nous prend au visage », L’État français et le génocide au Rwanda
>>  Victimes des militaires français de l’opération "Turquoise"
>>  Un étendard sanglant à laver (1ère partie)
>>  ETAT D’URGENCE n°3
>>  FRAP 2006, pour un printemps subversif et contestataire !
>>  RWANDA 1994-2006 : comprendre le GENOCIDE
>>  Rwanda : victoire de Jean-Paul Gouteux contre Le Monde
>>  12ème COMMEMORATION du GENOCIDE des TUTSI à Bordeaux et Nîmes
>>  12ème COMMEMORATION du GENOCIDE des TUTSI à Paris (2)
>>  12ème COMMEMORATION du GENOCIDE des TUTSI à Paris (1)
>>  NEVER AGAIN ! Génocide au Rwanda 1994
>>  avant première de SHOOTING DOGS
>>  Qu’est-ce qu’un génocide ? Le cas du Rwanda
>>  Rwanda : Justice et impunité
>>  Projection-débat : Au rwanda, on dit.. une famille qui ne parle pas meurt
>>  Projection-débat "Tuez-les tous"
>>  L’implication de l’Etat français dans le génocide des Tutsi rwandais
>>  Projection : deux documentaires sur le Rwanda
>>  Les français laissent se faire massacrer les survivants tutsi de Bisesero
>>  PLAINTES CONTRE L’ARMEE FRANCAISE
>>  La guerre civile au Rwanda : enjeux politiques et imaginaires ethniques

La Nuit Rwandaise - Survie
Commission d'Enquête Citoyenne

___________

Themes
Focus | Afrique | Amériques | Anticolonialisme | Cinéma | Conférences | Congo | Cote d’ivoire | Dom-Tom | Economie | Europe | immigration | Internet | Mali | Musique | Palestine | PropagLande | Racisme | Religion | Revolution® | Rwanda | Soutien | Togo | Toulouse |

Formulaire de publication - Administration -- Gestion des archives (2002-2006)